Home > Actualités > Partielle: L’opposition en ordre dispersé

Partielle: L’opposition en ordre dispersé

Tout semble indiquer que les partis de l’opposition ne soutiendront pas un candidat unique à l’élection partielle attendue dans la circonscription no 18 (Belle-Rose -Quatre Bornes). Les faits à ce jour:

Au moins cinq leaders politiques de l’opposition rêvent d’occuper le fauteuil de Premier ministre de Maurice.  Ils sont en particulier Roshi Bhadain, Xavier Duval, Navin Ramgoolam et Asok Subron.C’est une des causes du fossé entre eux . Une réalité ayant tué dans l’oeuf le projet de candidat unique face à celui de l’alliance gouvernementale Mouvement Socialiste Militant – Mouvement Liberater.

Qui aurait imaginé, au moment où l’alliance Lepep a pris le pouvoir en 2015, qu’une élection partielle allait être organisée à mi-mandat de la législature ?

C’est ce qui pourtant est en train de se produire suite à la démission de l’Assemblée nationale, le vendredi 23 juin 2017, de l’ex ministre de la Bonne Gouvernance et fondateur du Reform Party.

Comment se présente cette partielle et quelles seront les forces en présence: D’abord, Roshi Bhadain, candidat à sa propre succession, jouant  son va-tout. S’il perd, le Reform Party sera réduit à sa simple expression, rélégué au rang des partis satellites gravitant autour des grandes formations .

Une victoire  dans n’importe quel cas de figure, face aux autres  candidats de l’opposition d’une part, ou seul contre tous y compris le candidat du MSM-ML,  lui permettra de se laisser porter par le vent et réaliser ses rèves les plus fous.

MSM: toutes les cartes en main

Puis, il y a le Mouvement socialiste militant qui pour l’heure n’a pas encore dévoilé sa stratégie. S’il participera ou pas à cette élection partielle. S’il choisi l’abstention, le MSM de Pravind Jugnauth n’aura strictement rien à perdre du moins sur le plan du rapport  de force à l’Assemblée nationale. Le parti orange continuera avec sa confortable majorité, très probablement jusqu’à la fin du mandat de l’actuel gouvernement.

Participer à l’élection soumettra le MSM parti au pouvoir, à un test  déterminant dans l’indice de sa popularité. D’autant qu’elle se déroulera dans une ville où se retrouvent toutes les composantes de la  nation mauricienne. La victoire de l’Alliance Lepep serait une plébiscite qui la stimulera, lui fera gagner en confiance pour non seulement aller jusqu’au bout de son mandat, mais  au-delà.

Sa non participation serait une stratégie  envisageable.Le gouvernement laisserait, dans une telle conjoncture, les opposants s’entredéchirer , et manz pistas guet cinema, comme disait l’autre.

.

Bhadain: seul contre tous

Roshi Badhain doit être outré que son appel aux partis de l’opposition de ne pas participer à cette élection n’ait pas été entendu. Certaines formations politiques ont déjà décidé de se lancer dans la bataille. A l’instar du Mouvement Militant Mauricien (MMM) qui hésite entre Vijay Mackhan un vieux de la vieille et Nita Jaddoo – la fille de l’ancien président du MMM, Ramduth Jaddoo – qui, elle, incarne le souffle nouveau de la jeunesse.

 Arvind Boolell – la fronde rouge

Comme autre challenger à cette élection, il y a le Parti travailliste dont la défaite aux dernières élections générales a été telle que l’on se demande s’il pourrait  jamais s’en relever? Le parti a accordé l’investiture à Arvind Boolell, un vieux routier de la politique qui aura la rude tâche de faire le Ptr renaître de ces cendres. Son retour éventuel à l’Assemblée nationale, lui permettrait en tant que senior, de prendre la place de Shakeel Mohamed comme chef de file du Parti travailliste à l’Assemblée nationale. Pour certains observateurs, Arvind Boolell a des chances réduites et a été envoyé à l’abattoir par Navin Ramgoolam, jaloux de sa position de leader incontesté du Labour

L’écurie bleu placera un poulain

Du côté du PMSD, on s’attendait à ce que ce parti s’abstienne de contester la partielle et se rallier derrière Roshi Bhadain ou alors  soutenir le candidat rouge, Arvind Boolell. Mais l’état major bleu a décidé de présenter son propre candidat dans une circonscription où son leader Xavier Duval est sorti  en tete de lice lors de dernières élections législatives. Il s’agit pour le PMSD de ne pas laisser à quelqu’un d’autre lui ravir ses fidèles au no 18. Xavier Luc Duval et Roshi Bhadain, rappelons-le, nourissent les mêmes ambitions: le primeminestership.

Allan Ganoo toujours en faveur d’un candidat  unique

Né de la dissidence du MMM, le Mouvement patriotique d’Allan Ganoo est le seul parti à  souhaiter le regroupement autour d’un candidat unique de l’opposition. Son leader a vite compris qu’il  prêche dans le desert et a annoncé une participation active de son propre parti à cette élection, mais dans une forme qui sera définie à la lumière des développements sur l’échiquier.

Le parti Lalit a sans tergiversations déjà accordé l’investiture à un de ses militants: Kuagan Parapen. Si le parti opte pour la participation à cette élection partielle, “Ce n’est pas pour faire de la figuration”, affirment les dirigeants du parti.

L’intérêt pour cette partielle, se situe autour du test de popularite des differents partis politiques qui sont appelés à combattre  hors des alliances. C’est du moins le scénario auquel on peut s’attendre dans la conjoncture actuelle.

 

 

 

 

About admin

The Admin of ActionDirek.com