Home > Actualités > Petroleum Hub à Albion : une autre trahison

Petroleum Hub à Albion : une autre trahison

Le projet de faire de Maurice, un ‘Petroleum Hub’ à Albion, avance à grands pas. On se demande pourquoi l’Inde investit dans l’énergie propre chez elle, vient polluer chez nous.  Les citoyens d’Albion regrettent également l’absence de consultation des autorités avec la communauté et sont d’opinion qu’ils ont été trahis par le gouvernement Lepep.

 

Le Premier ministre et ministre des Communications extérieures, Pravind Jugnauth, l’a confirmé lors de son discours à l’inauguration d’un nouveau quai au Mauritius Container Terminal, à Mer-Rouge, lundi 2 octobre dernier. Rs 40 milliards seront investies pour faire de Port-Louis, un important hub logistique et maritime déclare le PM. Il a par la suite, cité le projet de jetée pétrolière, à Albion, et le tout dit-il : « permettra de positionner Maurice comme un Petroleum hub.»

 

Une étude de préfaisabilité est déjà en cours par la State Trading Corporation en partenariat avec deux sociétés indiennes, à savoir Indian Oil Corporation Limited et Mangalore Refinery and Petrochemicals Ltd. L’installation d’un quai et de facilités de stockage de produits pétroliers nécessitera un investissement d’environ Rs 9 milliards. Les promoteurs sont d’avis que Maurice est idéalement situé sur les axes maritimes Asie-Afrique et Asie-Amérique Latine. Le choix d’Albion s’explique par le fait qu’il y a un manque d’espace dans la zone portuaire pour ériger un tel complexe. Quelque 50 hectares sont nécessaires à la réalisation de ce projet et un terrain de cette superficie n’est pas disponible dans la zone portuaire. IndianOil Mauritius Ltd envisage également de construire une jetée pouvant accueillir de gros tankers, explique-t-il. « Notre but est de faire du pays un ‘Petroleum Hub’. On compte exporter des produits pétroliers vers les pays de l’Afrique de l’Est et de la région à des prix compétitifs », dit-t-il.

 

Ce projet a été discuté entre Pravind Jugnauth et le ministre du Pétrole et des gaz naturels de l’Inde, Dharmendra Pradhan, dans la Grande péninsule. Et suite à cette discussion, une équipe de Petronet LNG, grand importateur de gaz liquide en Inde, était à Maurice. L’Inde souhaite étendre ses secteurs d’activité et collaborer avec les «stakeholders» mauriciens pour un projet de gaz liquide dans l’île. Dharmendra Pradhan a soutenu que New Delhi s’est engagé dans le développement des infrastructures afin de permettre à Maurice de devenir un Petroleum hub et de se développer en un «regional hydrocarbons trading hub».

 

Sanjay Panda, Joint Secretary – Indian Ocean Region du ministère des Affaires étrangères de l’Inde, s’est voulu rassurant lors d’une rencontre avec la presse. Le Petroleum hub ne comprendra pas de raffinerie. Le projet concerne un centre de ravitaillement pétrolier, avec des facilités de stockage de produits pétroliers, fait-il ressortir. « À un certain moment, on avait parlé d’une raffinerie, mais cette idée ne vient pas de l’Inde. Le projet discuté avec nous n’a jamais fait mention d’une raffinerie. D’ailleurs, nous n’encourageons pas la mise sur pied d’une raffinerie à Maurice », ajoute-t-il.

 

Le Petroleum hub comprendra, entre autres, la construction d’une jetée pouvant accueillir de gros tankers. Cela permettra au pays d’améliorer sa capacité de stockage de produits pétroliers et même de les réexporter.

Il semblerait que les cris des habitants n’aient pas été entendus.  Encore une fois, l’alliance Lepep semble faire le contraire ce qu’il avait promis pendant la campagne électorale de 2014.

 

Il est dommage que les habitants résidants à proximité du site identifié pour la construction de cette infrastructure potentiellement polluante n’aient, à aucun moment, été consultés ou encore informés de la réalisation d’un tel projet. Le Kolektif Say No To Petroleum Hub réagit à l’intention du gouvernement d’aller de l’avant avec le projet de Petroleum Hub et de na pas prendre en considération l’impact d’un tel développement sur l’environnement et la santé des nombreuses familles résidantes à proximité.

 

Cette alliance au pouvoir avait, à maintes reprises, dénoncé le projet CT Power car jugé, avec raison, trop dangereux pour la santé. On se demande en quoi remplacer une centrale à charbon par une raffinerie de pétrole serait moins dangereux pour la santé et l’environnement. Une raffinerie de pétrole représente un réel danger pour l’environnement, mais pose également un risque sanitaire (cancers, problèmes respiratoires, etc.) pour les populations vivant à proximité.

D’autres endroits sont concernés par ce projet, notamment à Pointe-aux-Sables, Petit-Verger et Flic-en-Flac. La spécificité géographique de cette région est également mise en avant par les contestataires. « A Pointe-aux-Caves, il y a des plaques volcaniques. Si l’on met un « bunkering » dessus, cela s’affaissera, causant les risques d’une marée noire. Qui plus est, comme on ne peut draguer pour faire entrer les pétroliers, il faudra dynamiter, avec les conséquences écologiques que cela représente. »

Le collectif met également en avant la flore et la faune marine de cette région. En plus des baleines et des dauphins, qui fréquentent la côte ouest, le collectif évoque la présence du Napoléon, « poisson unique à la région d’Albion », et des algues ayant fait l’objet de recherches pour leurs propriétés pharmaceutiques. « Nous ne sommes pas contre les projets de développement, mais nous ne voulons pas être une poubelle. Si l’on nous propose par exemple des « wave energy captor », des fermes photovoltaïques ou des éoliennes, nous n’avons aucun problème. D’ailleurs, pourquoi investir dans un Petroleum hub quand on sait que les énergies fossiles vont disparaître avant 50 ans ? » Ils se demandent ce qui se passera s’il y avait un accident entre deux pétroliers, comme cela s’est passé à Bangalore, en Inde. « Là-bas, on a dû dédommager 35 000 pêcheurs. Ici, ce sera toute notre industrie touristique qui sera détruite. »

About Redaction