Home > News > Dérapage verbal de nos politiciens : c’est du nivellement vers le bas

Dérapage verbal de nos politiciens : c’est du nivellement vers le bas

Le niveau des interventions de nos politiciens baisse de jour en jour. Les dérapages en public se multiplient. Mardi dernier, le 30 octobre, le secrétaire général du PMSD, Mahmad Kodabaccus a proféré des propos insultants à l’encontre de la Speaker, Maya Hanoomanjee. Commentant l’expulsion la suspension de son leader, Xavier-Luc Duval au Parlement, il a vraiment été trop loin. Mamad Khodanaccus n’est pas un nouveau venu sur la scène politique et il doit savoir que l’on peut ou ne peut pas dire en public. Après les écarts de langage de Rutna et Soodhun, et même du ministre mentor, peut-être, on croit que tout est permis. C’est un vrai nivellement vers le bas dans le langage adopte par certains politiciens au Parlement.

«Mo finn mal swazir kelke mot. Mo prezent mo exkiz», a-t-il  déclaré Mahmad Khodabaccus sur les ondes de Radio Plus ce mercredi 1er novembre. Il s’est même excusé sur sa page Facebook. Mais le mal est fait.

Ce même mardi, le peuple mauricien a été témoin d’une autre anicroche entre le leader mauve, Paul Bérenger et le Premier ministre Pravind Jugnauth. La question du député Adil Ameer Meea, sur la réforme électorale et une de ses composantes, le financement des partis politiques a mis le feu aux poudres. Le MMM voulant signaler la lenteur de l’application d’un projet de loi sur ce sujet. Le PM répond que le comité ministériel sur la réforme électorale a soumis son rapport sur le financement politique et le bureau de l’Attorney-General travaille sur un projet de loi basé sur les propositions du comité. Une fois, son travail terminé, ses recommandations seront examinées », et le conseil des ministres devra donner son accord pour peaufiner le texte de loi.  « En temps et lieu nous allons venir avec le projet de loi approprié » déclare le PM qui rappelle que le MMM au pouvoir n’a rien fait. Il y a de quoi pour rendre le leader mauve rouge de rage. « T’es un saboteur ! » lance Bérenger à Pravind Jugnauth

« Incapable ! Les incapables sont là ! » lance Pravind Jugnauth vers Paul Bérenger. « Vous avez fait très peu d’années au gouvernement. Vous n’avez pas été capable de proposer un texte de loi »

Saboteur, rekin moustass, Premye minis limpos… Des mots blessants entre Pravind Jugnauth et Paul Bérenger, même le fameux ‘ale boire lysol. Et l’éternel, le vain appel au calme de la Speaker, Maya Hanoomanjee.

Quand Adil Ameer Meea. demande un code de conduite pour les élus, le PM répond : « Il faudrait un code de conduite aussi pour ceux qui font du plagiat et qui copient des discours ». De quoi pour relancer les hostilités.

Si nos élus, nos leaders et nos aspirants leaders ne peuvent tenir leurs langues, s’ils se comportent comme des vulgaires personnages grossiers, quel exemple, peuvent-ils donner à la population. On vit dans un monde en pleine décadence ou tout est permis. Heureusement, les voix s’élèvent même si personne n’ose sanctionner ou réprimander ceux qui ont fauté.  « Tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler ».  On doit réaliser qu’un mot mal dit peut avoir des conséquences parfois désastreuses.

About Redaction