Home > News > Dérapages au parlement : le peuple mauricien attend mieux de ses élus

Dérapages au parlement : le peuple mauricien attend mieux de ses élus

Les semaines se suivent et se rassemblement à notre auguste assemblé. Expulsion, suspension, injures, quolibets se succèdent. Jamais dans les annales de notre parlement, a-t-on vu une telle succession de clash entre les députés de l’opposition et le speaker. Les images en direct à la télévision contribuent peut-être à certains d’en faire un peu plus, a d’autre de faire le show. Le telenova commence à devenir ‘boring’

 

Le peuple mauricien attend mieux des deux côtés. Des questions pertinentes et des réponses précises sur les dépenses publiques et les projets publics sont plus que nécessaires si l’on veut progresser. Deux semaines de cela, le leader de l’opposition s’élevait contre la façon de faire du speaker, mardi, ce fut au tour de l’opposition MMM de protester contre la speaker Maya Hanoomanjee. Et comme d’habitude, toujours, Bérenger lance le ‘Shame on you’.

 

‘Shame’ a vous tous messieurs les élus grassement payés. On se demande s’il n’y a pas de façon plus courtoise, plus élégant d’emmener les ministres à répondre aux questions posées. Par exemple, la protestation du député d’Aadil Ameer Meea sur le fait que sa question sur Dev Manraj aurait été «censurée’ gagnera beaucoup plus de sympathie s’il publiait sa question et la version censurée. Finalement, le peuple jugera.  Quand le député du MMM a fait part de ses griefs à la Speaker à l’effet que sa question originale a été modifiée par le secrétariat de l’Assemblée nationale, elle nous rappelle que les ‘Standing Orders’ font provision pour une modification des questions par le secrétariat. Le secrétariat doit exercer ce privilège de censure en toute transparence, il doit rendre publique la raison de son action sinon, on pourra penser qu’il y une censure.

 

Maintenant devant la tournure de cette séance, la perception est qu’on essaye de cacher quelques choses concernant les conditions d’emplois du secrétaire financier, Dev Manraj. Et pourtant les détails sur la condition d’emploi du conseiller Gérard Sanspeur ont été rendus publiques.

 

Dans le brouhahara, on a tendance d’oublier l’essentiel c.-à-d. sur le pactole que touche Dev Manraj. Ce Monsieur qui a la chance de passer de gouvernement en gouvernement, et non comme ce simple ouvrier qui doit ‘lève paquet’.  Ce Monsieur est semblé être un personnage indispensable pour le du pays. On aurait bien voulu savoir combien il perçoit en tant que président de nombreuses institutions publiques. En fait, le gouvernement change, certaines personnes semblent avoir plus de pouvoir que des élues. Irremplaçable, super intelligents. On demande même si une personne a la capacité de gérer un si grand nombre de comités et de société, si c’est de la bonne gouvernance.

 

Les personnalités officielles, les institutions doivent être à l’abri des accusations de partie prise. La speaker doit être impartiale. Elle doit pouvoir démontrer son impartialité pour non seulement sanctionner l’opposition mais aussi ramener à l’ordre les ministres qu’il utilise le temps de réponse pour des discours politiques ou partisans. Tout refus de répondre aux questions des députés est un mauvais signal. Le gouvernement travail pour le bien du pays et à la fin de son mandat, il doit rendre des comptes.

 

Quand même parmi les réponses obtenues, on apprend que la société d’Álvaro Sobrinho, Vango Property, est autorisée à acquérir 12 propriétés résidentielles à Royal Park, Balaclava, c’est le Premier ministre qui doit répondre. Même s’il trouve que c’est la BOI qui a posé les conditions pour donner le feu vert… en quelques jours. Comme quoi on peut en déduire que l’Angolais est toujours bien vu par le gouvernement.

About Redaction