Home > Actualités > Apres l’incendie de Shoprite : une bonne raison pour revoir et moderniser nos services d’incendie

Apres l’incendie de Shoprite : une bonne raison pour revoir et moderniser nos services d’incendie

3 jours après le terrible incendie s’est déclaré dans l’entrepôt de l’hypermarché Shoprite, on n’a pas toujours retrouvé le corps de Dineshwar Domah âgé de 24 ans, un employé qui compte plus de sept ans de service. On dit que l’opération ne sera pas terminée tant que le corps du jeune homme n’aura pas été découvert. Selon le Deputy Chief Fire Officer Ramrukheea, 250 tonnes de débris ont été enlevées. 62 pompiers assistés de 50 officiers de la SMF tentent de retrouver Dinesh Domah.

 

Selon l’Acting Chief Fire Officer, la situation était difficile. « Les pompiers opèrent dans une situation très difficile », plus de 800 bouteilles de gaz ont été utilisées jusqu’ici. La température à l’intérieur est entre 1200 à 2000 degrés Celsius. De plus, il y a un manque de visibilité à cause de l’épaisse fumée. « Des employés de Shoprite travaillaient dans de mauvaises conditions », c’est l’affirmation de Mahen Jhugroo ce mardi 14 novembre. Le ministre des Collectivités locales participait à un comité de crise à son bureau.

Aubeeluck, Divisional Fire Officer, affirme que « c’est cette braise qui provoque autant de fumée. Il y a encore beaucoup de risques à l’intérieur. La dalle est fragilisée. », avait fait ressortir Ajay Aubeeluck.

 

Tout cela nous ramène à la PNQ du leader de l’Opposition en juillet dernier. Il voulait connaître les risques d’incendie dans des bâtiments construits en hauteur et si ces bâtiments sont équipés, entre autres des détecteurs de feu, et des portes coupe-feu. Il se demandait aussi s’il y a une interdiction des appareils à gaz dans ces bâtiments et si les pompiers sont suffisamment équipés, pour parer à toute éventualité. Il avait même suggéré que dans le cadre du prochain Finance Bill que des dispositions soient intégrées pour imposer aux promoteurs de tout immeuble (High Rise) de plus de trois étages la nécessité de solliciter auprès des autorités compétentes des Fire Certificates avec des mesures de prévention, de protection et de détection d’incendie.

Dans sa réponse, le ministre Jhugroo avait précisé que sur les 41 véhicules attribués aux Mauritius Fire and Rescue Services, 18 seulement sont opérationnels. Pire encore, parmi les 50 000 bâtiments commerciaux à travers Maurice, 1314 n’ont pas de Fire Certificate, cela parce qu’ils ne respectent pas les lignes directrices qui leur ont été émises.
Selon lui, les pompiers sont convenablement équipés d’outils de protection personnelle. Ils ont une variété d’équipements de lutte contre le feu et de secours tels des appareils respiratoires, des pompes, des branches, des cordes, des tuyaux d’aspiration, des échelles, des équipements de stabilisation, des kits de secours, des Foam branches, des in-line inductors et des thermal image cameras. Les pompiers les utilisent dépendant des situations.

Il y a eu un audit de toutes les hautes structures à Maurice qui ont déjà reçu un Fire Certificate. Le Mauritius Fire and Rescue Service a enclenché une inspection des bâtiments. Le ministre affirmait qu’il a été informé que les sapeurs-pompiers disposent des équipements de protection nécessaires.

Xavier Duval n’était pas de cet avis. Il avait même affirmé que la dernière fois que des uniformes ont été donnés aux pompiers remonte à deux ans, et pas tous les véhicules sont en opérations. Maintenant, il est temps de faire un vrai audit de nos services d’incendie, d’évaluer ses forces et ses faiblesses. Le pays se modernise, le pays compte des gratte-ciels, des boîtes de nuit, des hypermarchés, des grandes surfaces qui attirent des milliers des gens a un certain moment. Il y a toute une série de gaz, liquides et solides, utilisés dans l’industrie et le commerce, des matières sont généralement à base de carbone, des combustibles . On doit vraiment avoir un code du bâtiment afin de prévenir des sinistres aussi meurtriers à l’avenir.

 

On doit d’entreprendre des travaux de modernisation pour améliorer le cadre de travail des sapeurs-pompiers, les méthodes et les techniques doivent s’adapter avec le temps.

About Redaction