Home > News > Arvind Boolell pourra être le catalyseur d’une réunification des partis de l’Opposition

Arvind Boolell pourra être le catalyseur d’une réunification des partis de l’Opposition

Presque tous les leaders politiques étaient face à la presse en cette fin de semaine pour commenter l’actualité politique. Sans doute, l’élection partielle a été l’évènement dominant de cette semaine. La plupart des leaders politiques concèdent le fait que la personnalité d’Arvind Boolell a joué fort dans la balance. Certains leaders pensent même qu’Arvind Boolell va réunir l’opposition pour emmener une élection générale anticipée. Sans doute, on s’attend à beaucoup d’efforts et de concertation dans les rangs de l’opposition. Allan Ganoo a déjà lancé l’idée d’une opposition unie mais admet que Xavier-Luc Duval a été un bon leader de l’opposition. Donc il prévoit «des bouleversements sur l’échiquier politique».

 

 

En conférence de presse, le ministre Ganil Gayan admet maintenant que les sondages donnaient Arvin Boolell gagnant et c’est donc sans surprise qu’il a été élu. En fait, le succès du candidat du parti Travailliste ne lui étonne pas. Xavier Duval, le leader du PMSD, aborde dans le même sens : la personnalité d’Arvind a dominé cette campagne, une personne difficile à critiquer. Paul Bérenger confirme cette observation en précisant que l’effet Arvind Boolell était bien fort, il est un candidat qui attire l’admiration de toutes les communautés. Pour le leader des mauves, c’est la victoire de Arvind Boolell. Toutefois, Alan Ganoo, le leader du MP, la personnalité « consensuelle, sympathique » du candidat du parti travailliste. Mais ce dernier même jusqu’à dire que le parti Travailliste était le seul parti qui représentait l’alternance aux partis au pouvoir. Pour lui, le peuple a voté pour l’alternance.

 

Le MSM depuis son installation au pouvoir, savait que le parti travailliste était son seul challenger. Ce qui explique toute la campagne et les acharnements contre le parti travailliste depuis décembre 2104. Cette élection partielle au No. 18 donne l’impression que le peuple mauricien, du moins de Quatre Bornes n’a pas complètement condamné le parti Travailliste. Certes le candidat de Boolell faisait la différence mais après la défaite de 2104, on ne pensait pas de voir un tel revirement. Le ministre du Tourisme trouve que la campagne de Roshi Badhain de la circonscription contre les « dinosaures » n’a pas marché.

 

Maintenant, le gouvernement, Pravind Jugnauth doit changer le fusil d’épaule. Selon ce dernier, le bilan de sa première année comme Premier ministre est bon mais pas aussi éloquent. Le pays traine encore l’affaire BAI, l’affaire Betamax est en suspens. Le Metro Express n’arrange pas les choses. De nombreuses nominations et les allégations de favoritisme des proches. Il y a des « moments moins faciles et des moments qui ont été agréables » trouve le premier ministre qui pense que : « Nous avons travaillé durs et nous avons apporté des résultats. Il nous reste encore deux ans. Nous avons des projets et des mesures à exécuter. Le PM estime que 2018 sera une année décisive.

 

 

Sans doute, Xavier Duval ne risque pas de perdre son rôle de leader de l’Opposition au moins qu’une alliance entre le parti travailliste et le MMM se concrétise. Dans la pratique, cela ne risque pas d’arriver.

Xavier-Luc Duval dans sa conférence de presse affirme qu’il est prêt à partir si son poste de leader de l’opposition est menacé constitutionnellement. La réalité mauricienne amène Xavier Duval à concéder que son parti n’ira pas seul aux élections générales. Aujourd’hui, le MMM aussi doit lui aussi se demander si peut vraiment aller seul aux élections générales.

About Redaction