Home > Actualités > L’affaire Betamax : une épée de Damoclès au-dessus de notre tête

L’affaire Betamax : une épée de Damoclès au-dessus de notre tête

Comment le litige entre Betamax et la State Trading Corporation (STC) va-t-il terminer ? Cette décision politique ou commerciale aura un impact sur l’économie du pays. Notre approvisionnement en produits pétroliers est -il menacé ? D’autres augmentations des prix des produits pétroliers vont étouffer le secteur du transport, et mettra en péril le développement du pays. L’affaire Betamax est une épée de Damoclès au-dessus de notre tête.

 

 

La firme Betamax a saisi la justice indienne pour obtenir une garantie de la STC pour que ce dernier honore la sentence de l’arbitrage singapourien pour compenser Betamax de la somme de USD 115, 267, 199 plus coûts et intérêts cumulés à ce jour, une ardoise qui avoisine les USD 120 millions.

 

Betamax estimant que la STC ne compte pas honorer ce paiement, décide de forcer la main. L’entreprise de Veekrane Bhunjun veut que la STC dépose une garantie bancaire en marge de cette sentence du tribunal arbitral en faveur de son entreprise. Et propose que cela se fasse par tranche… sur chaque cargaison des produits pétroliers en partance pour Maurice, soit Rs 95 millions sur chaque cargaison de Mangalore. Selon Betamax, selon le rapport annuel disponible, la STC, «ne dispose pas d’actifs ni de liquidités suffisants à Maurice» pour s’en acquitter de sa dette envers elle.

 

Cela explique la raison pourquoi Betamax demande que la STC donne une garantie sur chaque cargaison des produits pétroliers livrés par Mangalore Refinery and Petrochemicals Ltd. On se réfère aux 43 cargaisons que la STC devrait réceptionner au courant des 18 prochains mois, ce qui devrait atteindre le montant total de la sentence arbitrale.

 

La STC a versé quelque Rs 1,45 milliard de dividendes à l’Etat pour l’année 2015, et pour la période 2016-2017, la somme sera plus forte, soit environ Rs 1,6 milliard, et de quelque Rs 768 millions pour 2017-2018 selon le discours du Budget 2017-2018.

 

Dans sa newsletter de novembre 2017, la STC avait indiqué avoir versé Rs 1,25 milliard de dividendes à l’Etat pour la période allant de janvier 2016 à juin 2017, Rs 1 milliard payé au 31 décembre de cette année. Betamax attire aussi l’attention sur la déclaration d’Etienne Sinatambou, le 7 juin de l’année dernière qui affirmait que la STC ne s’acquitterait pas de l’amende.

 

La compagnie que dirige Veekram Bhunjun propose ainsi que la STC dépose une garantie bancaire d’un montant équivalent ou «any other suitable security». Le ministère de l’Industrie et du Commerce, et la STC n’ont pas souhaité réagir sur cette affaire qui est toujours en cour.

 

Il faut se dire que l’Affaire Betamax dépasse nos frontières et attire des critiques écrit hors du pays. The Economic Times sur son web site, trouve que cet épisode a eu une incidence négative sur les relations entre Maurice et la Grande péninsule. Le Solicitor General de l’Inde, Prabhuling Navadgi, avait attiré l’attention de la cour sur le fait que l’Inde exporte des produits à Maurice tous les mois, et que l’incident a engendré une «crise» dans le pays.  Le Pacific Diamond transporte une cargaison de 40 000 tonnes métriques de produits pétroliers, valant 30 millions de dollars, à destination de la State Trading Corporation. Prabhuling Navadgi a aussi fait souligné que Maurice a été «contraint» de solliciter l’aide d’autres pays par exemple l’Arabie saoudite pour s’approvisionner en carburant, et cela pourrait couter plus cher.

About Redaction