Home > Actualités > La présence des politiciens auprès des victimes d’inondations doit continuer même après le départ des médias

La présence des politiciens auprès des victimes d’inondations doit continuer même après le départ des médias

La nuit du mercredi 24 au jeudi 25 janvier a été longue et pénible pour de nombreux Mauriciens. Une pluie battante accompagnée d’orage nous fait croire le pire. Inondations, accumulations d’eau, coupures d’électricité, on n’aurait jamais cru une telle catastrophe.

La presse, les réseaux sociaux nous montre des images tristes et émouvantes des maisons des familles inondées. Des familles qui ont tout perdu, des familles dans la tourmente. La présence des politiciens venant constater les dégâts, venant réconforter les personnes en détresse est très appréciée mais il serait plus souhaitable et approprié qu’après le départ de la presse, ils continuent à venir visiter ces personnes pour les aider à se relever. IL est dommage que certains passent le temps à critiquer les anciens et nouveaux dirigeants. Dommage qu’en espace de quelques jours, certains sont de nouveau frappés par des catastrophes qui n’ont ni de couleur politique.

 

Les images de la famille Roussety, de Elizabethville, Baie du Tombeau, sont vraiment touchantes. Une mère de famille, et ses quatre enfants, qui doivent rester éveillés depuis 2h du matin à cause de l’orage et de la pluie. La maison inondée de l’eau boueuse partout.  Meubles de chambres, salon et cuisine abimés. Selon certains habitants, la cause serait un canal juste à côté qui a fini par déborder suivant les fortes averses.

 

Les habitants de Richelieu ont veillé durant la nuit de mercredi.  La subite montée des eaux a poussé une dizaine de familles à se réfugier au centre communautaire de la localité et certains ont même manifesté toute leur colère cet après-midi. Selon eux, cette situation n’a que trop duré. La route principale de la localité étant impraticable, les autorités ont eu tout le mal du monde pour venir les aider. Les résidents de Richelieu disent n’avoir reçu aucun aide des autorités dites compétentes. Quelque 200 personnes se retrouvaient dans 12 centres de refuge ce matin.

 

Albion qu’on se croyait mieux protéger était coupé du reste du pays. La rivière Belo, qui traverse la région d’Albion et prend sa source à Beau-Bassin, est entassée des déchets, elle s’écoule à travers les régions de Chébel et Gros-Cailloux pour se jeter dans le barachois situé à côté de la plage publique d’Albion. Les habitants disent avoir alerté en vain les autorités compétentes pour faire rehausser ce pont,

D’autres régions comme Petite-Julie, Roches-Noires, Grand-Baie et Rivière-du-Rempart ont été touchées par les accumulations d’eau.

About Redaction