Home > Actualités > Retombée de l’affaire Gaiqui : le Police and Criminal Justice Bill à la rentrée parlementaire affirme Maneesh Gobin

Retombée de l’affaire Gaiqui : le Police and Criminal Justice Bill à la rentrée parlementaire affirme Maneesh Gobin

L’actualité politique de ce samedi est sans doute dominée par la position de Pravind Jugnauth qui a décliné l’invitation de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation (MSDTF) pour les célébrations de la Maha Shivaratree au Ganga Talao et aussi le fait qu’il ne compte pas faire de discours à cette occasion.

 

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a finalement informé la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation (MSDTF de sa décision, il ne sera pas leur invité d’honneur aux célébrations de la fête Maha Shivaratree au Ganga Talao, le 10 février. Qui sera l’invité d’honneur de la MSDTF ?  Il est à noter que Pravind Jugnauth a déjà accepté d’être l’invité d’honneur de la Hindu House, qui organise une cérémonie le 12 février à Grand-Bassin et il sera présent comme invité d’honneur pour les célébrations du Human Service Trust.

 

En conférence de presse, le samedi 3 février, l’Attorney General, Maneesh Gobin, a une nouvelle fois commenté les accusations provisoires aient été rayées contre David Gaiqui vendredi. L’enquête est en cours dans les cas de vols commis par un gang même s’il a changé de main. « C’est une enquête concernant plusieurs vols commis par un gang, c’est le combat contre le crime organisé est sans relâche et nous serons sans pitié », a affirmé le ministre.

 

«Les sanctions nécessaires ont été prises dans cette affaire qui est un cas isolé. Il y a eu un excès de zèle de la part de certains policiers, mais cela ne doit pas mener à une hystérie en ce qui concerne les suspensions. »

 

L’Attorney General a donné la garantie « que les institutions sont libres et opèrent en toute sérénité ». Il annonce la présentation prochaine d’un projet de loi, le Police and Criminal Justice Bill à la rentrée parlementaire. Ce projet de loi sera présenté lors de la première semaine des travaux parlementaires en mars ou avril 2018.

Maneesh Gobin précise que le gouvernement n’a pas tardé à réagir dans cette affaire, «les institutions dont la Human Right Commission travaillent en toute indépendance sur ce dossier».  Selon Maneesh Gobin, les enquêtes se déroulent selon les normes, mais les méthodes ont évolué avec le temps. C’est pourquoi, dit-il, le Police and Criminal Justice Bill sera introduit. L’Attorney General a souligné qu’une seule séance parlementaire ne sera pas suffisante pour voter ce projet de loi, car il faut que tout le monde prenne connaissance de son contenu.

 

Commentant la manière de procéder de la police, Maneesh Gobin a fait comprendre qu’il peut y avoir des cas isolés. Il souligne que le combat contre la criminalité est sans relâche, mais que les procédures sont dépassées. Il dit avoir été lui-même surpris après s’être entretenu avec les avocats de David Gaiqui.

 

Il était important de savoir ce que pense le leader du MMM sur la motion de blâme contre Steve Obeegadoo. En conférence de presse, Paul Berenger a mis les points sur les i, ce n’est qu’un avertissement, un carton jaune… «Monn prézant sa motion de blâme la pou contenu sa lartik-la et osi so timing. Mo mem mo ti pou amenn motion pou diskit stratégie MMM. Sé enn karton zonn, li kler ki sé enn avertisman. Péna okenn revirman sitiasion, ni volte-face». D’autres sanctions viendront si le président de l’Education des mauves récidive.

On a l’impression que l’on veut pousser Steve vers la porte de sortie. « Nou pann démann li kit Bureau politique é sertennman pa le MMM. Oui finn éna suggestion pou li rétir so propo mé linn minténir.» declare Bereger qui trouve que «Séki ine pli bles mwa sé kontenu. Monn prézant sa motion-la avek indignasion. Mo finn bien indigné».

 

Le président du MP était lui aussi face a la presse ce samedi. Il ne comprend pas le retard dans le transfert des policiers impliqué dans l’affaire Gaiqui.  Alan Ganoo a quand même exprimé son appréciation envers la décision «juste» du Directeur des Poursuites Publiques de rayer les charges contre David Gaiqui. Il espère voir le Commissaire de police de prendre les mesures nécessaires afin d’empêcher des pratiques dégradantes ou humiliantes de la part des policiers.

About Redaction