Home > International > Afrique du Sud: la corruption, premier grand défi de Cyril Ramaphosa, le nouveau président

Afrique du Sud: la corruption, premier grand défi de Cyril Ramaphosa, le nouveau président

A peine élu, l’ancien syndicaliste et homme d’affaires s’est engagé à éradiquer la corruption, phénomène endémique dans le pays et qui a terni le règne de neuf ans de son prédécesseur. « Ce sont des problèmes auxquels nous allons nous atteler », a promis Cyril Ramaphosa devant le Parlement, lors de son élection, jeudi 15 février. Le chantier est immense, et ce n’est pas le seul.

« Je déclare l’honorable Cyril Ramaphosa officiellement élu président de la République d’Afrique du Sud », a proclamé le président de la Cour constitutionnelle, Mogoeng Mogoeng, dans un tonnerre d’applaudissements et de chants de victoire.

Sitôt élu, le nouveau chef de l’Etat s’est engagé devant les députés à éradiquer la corruption. « Ce sont des problèmes auxquels nous allons nous atteler, a promis Cyril Ramaphosa. Je travaillerai très dur pour essayer de ne pas décevoir le peuple sud-africain ». Il a indiqué qu’il détaillerait devant les députés certaines de ses propositions en la matière lors de son premier discours sur l’état de la nation, prévu vendredi soir.

Cyril Ramaphosa, est âgé de 65 ans. C’est une figure historique de l’ANC dont il a pris la tête récemment, il y a tout juste deux mois. Quel est son parcours ?

Militant anti-apartheid dès les années 70, alors que l’ANC était encore un mouvement clandestin, Cyril Ramaphosa, enfant du quartier de Chiawelo à Soweto, participe aussi à la création de la plus grande confédération syndicale du pays la Cosatu.

Résultat, au début des années 90, il fait partie de ceux qui négocient la transition politique avec le pouvoir blanc, une période cruciale de l’histoire sud-africaine. Légitimité historique donc…

Mandela a écrit de lui qu’il faisait partie «des plus doués de la nouvelle génération». Un temps considéré comme dauphin de Nelson Mandela, il perdra finalement face à Thabo Mbeki en 1999. Déçu, Cyril Ramaphosa quitte alors le parti pour se lancer dans les affaires. Il fait fortune avant de revenir en 2012 à la politique.

Et il reprend son ascension : vice-président du parti en 2012, vice- président du pays en 2015 et président de l’ANC en décembre 2017battant sur le fil Nkosazana Dlamini-Zuma, ex-épouse de Jacob Zuma et ancienne patronne de la Commission de l’Union africaine.

Ces derniers mois il s’est présenté comme un réformateur et fait campagne sur la morale dans un parti miné par les divisions et la corruption. Utilisant aussi son passé de «héros» de la lutte anti-apartheid pour séduire les classes moyennes et les investisseurs.

Mais certains lui reprochent d’avoir été trop longtemps complices de Jacob Zuma et de n’avoir condamné la corruption que tardivement. Autre point noir, son rôle dans le massacre de Marikana en 2012. Lors d’une grève dans une mine, il demande à la police de rétablir l’ordre. La police tire, faisant 34 morts.

About Redaction