Home > News > Pravind Jugnauth va-t-il destituer celle qui l’a nommé comme Premier ministre l’an dernier ?

Pravind Jugnauth va-t-il destituer celle qui l’a nommé comme Premier ministre l’an dernier ?

Ironie du sort, c’est la présidente Ameenah Gurib-Fakim qui avait nommé Pravind Jugnauth comme Premier ministre, et aujourd’hui, aura-t-il le courage de la révoquée ? En tout cas, selon certaines sources proches du MSM, tout cela est un embarras pour le gouvernement. Pravind Jugnauth à sa sortie du bureau politique du MSM devait déclarer : «Mo pou less la présidente réponn lor litilizasyon sa cart là.»

En tout cas, l’opposition est unanime pour demander qu’elle parte. En conférence de presse, ce samedi 3 mars, Paul Bérenger s’est exprimé en faveur du retrait d’Ameenah Gurib- Fakim de la présidence et a demandé que le vice-Président de la République, Barlen Vyapoory, assume ce poste jusqu’aux prochaines élections générales. Et le leader des mauves déplore, dans la foulée, : «le rôle d’Ivan Collendavelloo dans cette affaire».  Shakeel Mohamed a déjà déposé une motion de blâme contre la présidente. Le leader du Mouvement patriotique, Alan Ganoo demande de démissionner de son poste pour que la présidence de la République regagne sa dignité. Aurore Perraud du PMSD réclame la démission de la présidente de la République Ameenah Gurib-Fakim. «Elle est une honte pour le pays et pour la femme mauricienne», a affirmé Aurore Perraud sur Radio Plus, ce jeudi 1er mars.

Navin Ramgoolam est catégorique : « Ameenah Gurim-Fakim doit démissionner immédiatement. Navin Ramgoolam estime que le simple fait qu’elle a accepté de travailler pour Alvaro Sobrihno et le simple fait d’avoir encouru toutes ces dépenses sont des raisons suffisantes pour démissionner de la présidence.

Il faut se rappeler que c’est la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, qui avait demandé à Pravind Jugnauth, le leader du MSM, de former le nouveau gouvernement après la retraite d’Aneerood Jugnauth en janvier 2017

L’article 59 (3) de la Constitution stipule que la présidente nomme comme Premier ministre le membre de l’Assemblée nationale qui, selon elle, est le plus apte à avoir le soutien de la majorité des membres de l’Assemblée nationale. Le MSM compte 32 membres et il est de loin le principal parti politique de l’Assemblée nationale.

Aujourd’hui, toujours selon la section 30, un président de la République peut être révoqué de sa charge pour violation de la Constitution ou tout autre acte d’inconduite grave ou encore si la personne est dans l’incapacité d’exercer sa fonction pour cause d’incapacité mentale ou physique ou toute autre cause. Lorsque le Président néglige de se conformer aux dispositions de l’alinéa 2 de l’article 46, il peut être révoqué sur proposition du Premier ministre adoptée par la majorité des membres de l’Assemblée.

About Redaction