Home > Actualités > L’Omerta des hommes publics : Il n’y a rien d’immoral ou d’illégal quand ils reçoivent des contributions, de l’argent

L’Omerta des hommes publics : Il n’y a rien d’immoral ou d’illégal quand ils reçoivent des contributions, de l’argent

Moralement, Ameenah Gurib Fakim doit partir, car elle n’avait pas droit d’accepter une Platinum Card de la Planet Earth Institute. La présidente est le garant de notre Constitution. Mais a-t-elle été préparée pour ce poste, a-t-elle eu des conseillers (payés ou des amis) capables de lui dire ce qu’elle peut faire ou pas ? Ou bien, on l’a utilisé car elle avait le profil idéal : femme musulmane, avec un solide bagage académique, une aisance en anglais et français.

 

Le gouvernement aurait du tout de suite lui demander de ne pas accepter le poste de directrice d’une institution surtout dont le fondateur est un personnage controversé, le Dr Alvaro Sobrinho. L’opposition dans son ensemble a été très critique contre les activités à Maurice et l’étranger de ce Monsieur. Ses compagnies offshores, ses berlines, ses villas et autres sont couverts de mysteres. Vis-à-vis des cris de l’opposition, le gouvernement et en particulier le Deputy Premier l’a défendu bec et ongles, on lui a déballé rouge pour obtenir permis et licence.

Doit-on seulement blâmer que la présidente ou le gouvernement si demain on découvre qu’Alvaro n’est pas une personne crédible. Le Premier ministre ne peut pas continuer à plaider l’ignorance ou dire q’une enquête est en cours. Nos politiciens de tous bords condamnent le fait que la présidente d’avoir utilisé la Card mise à sa disposition. Mais ses mêmes politiciens continuent à utiliser l’argent sale, l’argent des ‘financiers’ pour leurs campagnes électorales. Ils ont amassé des millions pendant la campagne électorale, et parfois comme commission. Est-ce que cela est moral ou légal ?

Quand l’express vient avec un dossier solide avec des preuves, tout le monde réagit comme Pravind Jugnauth pour demander sa révocation. Aujourd’hui, on ne sait plus encore si c’est une action a été mijotée (par la cuisine) pour se débarrasser d’Ivan Collendavelloo et le Muvman Liberater (ML). Sans doute, la stratégie politique en vue des prochaines élections générales est en préparation. Le MSM seul aux élections n’est pas dans le domaine du possible. Le MMM est toujours prêt à faire un pacte avec le diable. Pour se justifier, le MMM exige  toujours comme le blanchissement de son nouveau partenaire comme condition. Il doit pouvoir dire aux militants coaltars que le MSM à accepter de nettoyer les écuries d’Augias. Un peu comme il avait fait croire pendant la période de Loze Koze avec le Ptr.

Aujourd’hui, le gouvernement veut faire partir la présidente coute que coute sans nous dire pourquoi elle doit partir, quand et où elle a fauté.

Lundi, les ministres du gouvernement étaient tous absent à la Garden Party de la présidente. Est-ce un affront à Ameenah Gurib Fakim ou au poste qu’elle occupe. Si demain, elle décide de ne pas partir, que fera le gouvernement. Va-t-il enclencher la machinerie lourde pour la destituer ? Ceux qui étaient à Reduit démontrent leur liberté de penser, d’agir sans aucun compte à rendre à qui que soit.

 

Sur Facebook, un certain Nundkeswarsing Bossoondyal écrit:

 

GO TO TRIBUNAL MADAM PRESIDENT – With some 50 years of experiences of international NGO works, I am confident that the President is not faulty by using a platinium credit card of the NGO-PEI. Can somebody pinpoint us the criminal charge upon the President for her destitution? It would be a golden opportunity for the President to face a Judicial panel as our law has been always above all partisan politics. As far as for loosing related benefits if voluntarily retired as President, then we do not think that Madam the President will need it to survive. As a professional and scientific internationallly re-knowned women, she can easily survive. Others top guys who are faulty with return commissions on projects or those having dirty incomes should be worried…and resign.

Cette affaire ternit notre réputation ici et en dehors de Maurice. Les articles des journaux internationaux et des réseaux sociaux font honte Maurice. Jamais, notre réputation a-t-elle subi un tel coup.

About Redaction