Home > News > L’équipe présentée devant le peuple en 2014 n’existe plus. Le gouvernement n’a plus le droit moral de continuer à diriger le pays.

L’équipe présentée devant le peuple en 2014 n’existe plus. Le gouvernement n’a plus le droit moral de continuer à diriger le pays.

Pour les élections de décembre 2014, l’alliance Lepep présentait Anerood Jugnauth comme Premier ministre, Xavier Duval comme Deputy Prime minister, Ameenah Gurib Fakim comme président, Vishnu Lutchmeenaraido comme ministre des Finances. Pravind Jugnauth était le No. 4 du gouvernement, Soodhun au No. 3. Aujourd’hui, qu’en reste-t-il de l’alliance Lepep ? Toute l’hiérarchie est chamboulée.

On nous a fait comprendre qu’il ne fallait pas aller de l’avant avec le Metro leger, qu’on allait rendre public le contrat avec Jin Fei, qu’on va mettre l’ordre dans le pays, qu’on allait gouverner dans la transparence, plus politique de petites copines et copains.

Que voit-on aujourd’hui. Le Metro Express remplace le Metro léger, Jin Fei est toujours là, la politique de petits copains et copines a pris l’ampleur. Les crimes et les vols avec violence sont en hausse. On a aboli le permis à points pour gagner des votes on a fini par rendre la route plus dangereuse et le nombre de mort sur routes sont en hausse constance.

Le cout de la vie pendant ses 3 dernieres années grimpe. On n’avait pas parlé de nationalisation déguisée de la CWA, du CEB.

Aujourd’hui, SAJ a cédé sa place à son fils qui attend toujours le jugement du Privy Council. Comme on le sait, le Directeur des Poursuites Publiques (DPP), Me Satyajit Boolell, contester devant le Privy Council l’acquittement du Premier ministre, Pravind Jugnauth, dans l’affaire Med Point. Roshi Badhain qui qui a quitté le gouvernement avec fracas, refait les yeux doux avec le pouvoir. Trop de chooses les raprochent : Britam, Alvaro….

Lepep a droit a des élections aux plus vite. Pravind Jugnauth peut ainsi entrer par la grande porte.

Pour le moment, on ne comprend pas pourquoi le Premier ministre demande des preuves pour initier une commission d’enquête sur les business d’Alvaro Sobrihno ? Et pourtant, il n’a pas demandé une enquête pour prendre position contre la présidente. Pourquoi Roshi Badhain s’excite contre l’opposition et Navin Ramgoolam qui demande une commission d’enquête sur Alvaro Sobrihno ? Pour pays, cette affaire risque de peser lourd sur la balance aux prochaines élections.

About Redaction