Home > International > Financement libyen : pourquoi Sarkozy a-t-il été placé en garde à vue ? L’ancien chef de l’État doit s’expliquer devant les policiers sur les soupçons de financement illicite de sa campagne présidentielle victorieuse de 2007. PAR LE POINT.FR

Financement libyen : pourquoi Sarkozy a-t-il été placé en garde à vue ? L’ancien chef de l’État doit s’expliquer devant les policiers sur les soupçons de financement illicite de sa campagne présidentielle victorieuse de 2007. PAR LE POINT.FR

L’enquête ouverte sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 vient de connaître un nouveau rebondissement. L’ancien président de la République a été placé en garde à vue ce mardi matin. Un de ses proches, Brice Hortefeux, protégé par l’immunité parlementaire – il est député européen –, est quant à lui entendu dans le cadre d’une audition libre. Nicolas Sarkozy pourrait être dans les prochaines heures déféré à un juge d’instruction et mis en examen, si les juges estiment détenir des indices suffisamment graves et concordants.

Des soupçons de plus en plus nourris

Tout commence début 2011 avant l’intervention militaire qui débouchera sur la chute du guide suprême. Saïf, un des fils de Kadhafi, assure à la télévision que la Libye a financé la campagne de Nicolas Sarkozy et le menace de tout révéler. Quelques mois plus tard, Al Mahmoudi, ancien Premier ministre du dictateur libyen, déclare à la justice tunisienne, pays où il a trouvé refuge, qu’il a lui-même « supervisé » ce supposé financement.

Le 28 avril 2012, Mediapart publie un article au titre accusateur : Sarkozy – Kadhafi : la preuve du financement. Le site d’information d’Edwy Plenel publie un document signé de la main de Moussa Koussa, l’ancien chef des services de renseignements extérieurs de la Libye. Ce texte évoque un « accord de principe » visant à verser 50 millions d’euros au candidat français. La lettre ne dit pas, par contre, si la transaction a bel et bien eu lieu.

Les aveux très contestés de Ziad Takieddine

Très contestée par le camp Sarkozy, l’authenticité de ce document n’a pu être remise en cause par les nombreux experts (spécialistes du protocole, graphologues, etc.) qui ont eu à se pencher dessus. En 2016, Ziad Takieddine, un intermédiaire qui rôde dans l’antichambre du pouvoir depuis des décennies, mais dont la parole est remise en doute à la suite de multiples changements de versions, a de plus affirmé avoir lui-même remis des sommes en liquide. Il a assuré avoir transporté en avion, entre Tripoli et Paris, cinq millions d’euros, et les avoir donnés à Claude Guéant puis Nicolas Sarkozy.

La justice est-elle en possession d’autres documents qui ont poussé les policiers à convoquer Nicolas Sarkozy pour une audition ? De nouveaux témoins sont-ils passés à table ? Les documents saisis en perquisition chez Alexandre Djouhri, autre proche du clan Sarkozy sous le coup d’un mandat d’arrêt, ont-ils permis d’obtenir de nouveaux indices ? Selon Le Monde, « plusieurs anciens dignitaires libyens de l’époque kadhafiste auraient (…) livré de nouveaux éléments confirmant les soupçons de financement illicites ».

Mardi matin, Mediapart affirmait également que les policiers français « se sont mis en relation ces dernières semaines avec le bureau des enquêtes du procureur de Tripoli, qui s’est dit prêt à collaborer avec la justice française ». Nicolas Sarkozy, lui, a toujours nié un tel financement, parlant volontiers et de manière récurrente d’une « infamie » destinée à lui nuire. Plusieurs interrogations n’ont en effet jamais été levées : à quoi un tel montant – 50 millions d’euros – aurait-il pu servir ? Et pourquoi Muammar Kadhafi, durant les longs mois qu’a duré la guerre civile en Libye, n’a-t-il pas livré les preuves formelles de ce que plusieurs de ses proches ont dénoncé avant et après sa mort ?

About Redaction