Home > Actualités > « Le PM était au courant des excès de l’ex-présidente. Pourquoi ce n’est que maintenant que cette affaire fait débat ?» s’interroge le leader de l’opposition.

« Le PM était au courant des excès de l’ex-présidente. Pourquoi ce n’est que maintenant que cette affaire fait débat ?» s’interroge le leader de l’opposition.

Rencontrant la presse mercredi, le leader de l’opposition est d’avis que la Banque de Maurice avait signalé l’utilisation trop régulière de la carte Platinum mise à la disposition d’Ameenah Gurib-Fakim par Planet Earth Institute. A part le Premier ministre, d’autres membres du gouvernement étaient au courant de cette affaire depuis le 2017 et ont attendu plus d’un an pour agir.

La Banque de Maurice avait informé le Premier ministre des transactions d’Ameenah Gurib-Fakim selon Xavier-Luc Duval. Pravind Jugnauth a cherché à noyer le poisson dans cette affaire. «Le Premier ministre et le gouvernement étaient au courant de l’affaire Platinum Card depuis début 2017. Il était au courant des excès de l’ex présidente. Pourquoi ce n’est que maintenant que cette affaire fait débat ?» se demande Xavier Duval quand cette affaire fut révélée par un groupe de presse. Le leader de l’Opposition trouve que « quand je lui ai posé la question, le PM a changé de sujet en utilisant une photo sur laquelle on peut voir la députée Aurore Perraud aux côtés d’Alvaro Sobrinho. » « Je trouve que c’est malhonnête de sa part d’avoir noyé le poisson avec cette photo » dit-il.

Selon Xavier Duval, certaines précautions ont bien été prises pour empêcher Alvaro Sobrinho de transférer à Maurice des fonds à la provenance douteuse. Il évoque une lettre envoyée par l’ancien président du Board of Investment (BOI) et conseiller de Pravind Jugnauth, Gérard Sanspeur, Duval estime que l’institution a bien rempli son rôle. Il appelle ainsi Charles Cartier, le président de l’Economic Development Board, qui a remplacé le BOI, de faire preuve de la même rigueur.

«Le Board of Investment a subi d’énormes pressions. » dit-il. On sait qui a fait cela mais on ne dévoilera pas son identité pour l’heure. En effet, avant d’aider Alvaro Sobrinho, il était convenu qu’il fallait vérifier si l’argent n’était pas lié au blanchiment d’argent et à la criminalité. Gérard Sanspeur avait une lettre sévère à ce sujet», affirme Xavier-Luc Duval.

Xavier Duval pense qu’une 7e personne est concernée dans le renouvellement de contrat lié à l’affaire Sobrinho. Il a expliqué qu’outre les quatre démissions à la Financial Services Commission, Gérard Sanspeur a aussi rejoint la liste des démissionnaires. « Je pense que c’est une victoire pour la PNQ étant donné que la FSC a suspendu l’Investmest Banking License de Sobrinho suivant les actions du DPP. » Et de soutenir que « le Board of Investment a subi d’énormes pressions pour jouer le jeu de Sobrinho. Je félicite le BOI qui a résisté à cette pression jusqu’à présent ».

Xavier Duval trouve de « mauvaise foi » l’attitude du Premier ministre qui semble pas être au courant des achats de Sobrinho. « Toute l’île Maurice est au courant que Sobrinho a acheté un grand nombre de villas à Royal Park« , dit-il.

About Redaction