Home > Politique > Sur la décision de l’arbitrage entre l’État et Dawood Rawat, Maneesh Gobin rectifie change de ton

Sur la décision de l’arbitrage entre l’État et Dawood Rawat, Maneesh Gobin rectifie change de ton

Au parlement, l’Attorney General avait décrit les différentes étapes de l’arbitrage entre Dawood Rawat et le gouvernement d’une autre facon que vendredi. Au parlement, il disait que la décision de la Cour permanente d’arbitrage (CPA), qui a écouté les deux parties à Paris, en janvier, était motivé par la double nationalité de l’ancien patron du groupe BAI qui a fait pencher la balance en faveur de l’Etat. Le ministre de la Justice a expliqué que les arbitres ont estimé que le Bilateral Investment Treaty dont Rawat s’est prévalu pour réclamer 1 milliard de dollars de dédommagements à l’Etat ne s’applique pas aux personnes détenant la double nationalité française et mauricienne. Donc ce qui nous fait comprendre que l’affaire n’a pas été pris sur le fond.

 

Mais vendredi, au cours d’une conférence de presse de l’alliance gouvernementale, le ton a changé. Maneesh Gobin, déclarait que la décision du tribunal d’arbitrage de Bruxelles qui a demandé, le vendredi 6 avril dernier, à Dawood Rawat de payer 111 697 dollars soit environ Rs 3,7 millions à l’État est « une victoire pour le gouvernement et le peuple mauricien ».

L’Attorney General est aussi revenu sur les différentes étapes de l’arbitrage entre Dawood Rawat et le gouvernement. « Le gouvernement a, depuis le début de cette affaire, démontré un respect total envers l’arbitrage et nous n’avons à aucun moment réagi là-dessus », a confié le ministre de la Justice. Ce dernier a précisé toutefois que le gouvernement et Dawood Rawat devront chacun payer la moitié des 300,000 euros à la Cour permanente de Bruxelles pour les coûts de l’arbitrage.

Un autre point est que le gouvernement cette fois-ci, invite Dawood Rawat a venir se défendre à Maurice. Le député Zouberr Jommaye, pour sa part, a demandé à Dawood Rawat de venir à Maurice pour poursuivre sa bataille juridique contre l’Etat mauricien dans l’affaire BAI. « Nous lui demandons de venir à Maurice devant la Cour suprême, en qui nous avons une entière confiance, pour se défendre. Au cas où M. Rawat accepterait de venir à Maurice, le gouvernement lui donne la garantie que tous ses droits constitutionnels seront respectés et qu’il n’y aura pas d’ingérence politique », a-t-il affirmé. Zouberr Joomaye a demandé au patron de la défunte BAI de ne pas tomber dans le piège de certains qui veulent lui faire croire qu’il y aura une vendetta politique.

L’Attorney General Maneesh Gobin, le Chief Whip Bobby Hureeram et les députés Joe Lesjongard et Zouberr Joomaye ont faire une tour d’horizon de l’actualité politique de la semaine.

About Redaction