Home > News > La nomination de nominé politique au board de la Vacoas Multipurpose Cooperative Society est-elle en ligne avec le principe de bonnes gouvernances

La nomination de nominé politique au board de la Vacoas Multipurpose Cooperative Society est-elle en ligne avec le principe de bonnes gouvernances

Encore une fois, la question de bonne gouvernance revient au tapis quand il s’agit de la nomination des membres du board par un ministre. Nous savons tous que le nominé politique proche du ministre est très influent et peuvent influencer les décisions du board. Tout cela nous fait comprendre que le principe de bonnes gouvernances n’est pas respecté. Et pire encore ceux qui s’opposent seront vite virés. Au parlement mardi, Xavier Luc Duval a qualifié l’entrée de Rajib Koonjoobeeharry sur le Caretaker Board était une façon pour Sunil Bholah, le ministre des Coopératives de «enter through back door» dans le board. A quoi, Sunil Bholah réfute «Rajiv Koonjoobeeharry était déjà conseiller sur les affaires se ramenant aux coopératives il était, donc, apte à être membre du board».

Il faut dire que le ministre des entreprises et des coopératives, Sunil Bholah n’a pas été convaincant dans ses réponses à la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’Opposition, Xavier Duval sur l’affaire Vacoas Popular Multipurpose Cooperative Society (VPMCS). Même si ce dernier clame haut et fort qu’il n’y pas eu d’ingérence politique dans cette coopérative. Mais pour le leader de l’Opposition, la nomination de Rajiv Koonbeeharry sur le board de la Vacoas Popular Multipurpose Cooperative Society est n’est pas dans le concept de la bonne gouvernance. Pour lui, ce dernier est un agent politique du ministre des Coopératives, Sunil Bholah. La réponse du ministre Sunil Bholah, qui affirme que Rajiv Koonbeeharry  n’a à aucun moment influencé le conseil d’administration de la Vacoas Popular Multipurpose Coorperative Society nous laisse pantois.

Autre point intéressant et intrigant concerne le projet de vente d’un terrain des 37 arpents à Flic-en-Flac, appartenant à la société à la compagnie Compagnie Claridges. Le leader de l’opposition déclare que l’offre de cette compagnie n’est pas la meilleure et que personne n’a fait une enquête sut cet acquéreur pour savoir s’il a les moyens pour faire une acquisition aussi importante à crédit. Xavier va plus loin en disant que c’est cette vente qui a poussé le board de résilier le contrat de SB Proconsultant.

Xavier Luc-Duval a aussi affirmé qu’il était en présence de preuve que Sunil Bholah avait appelé Sunil Jhugroo pour lui demander de signer une promesse de vente pour un bien de la VPMCS. A quoi le ministre a expliqué que la décision finale a été prise par l’Annual General Meeting (AGM). Le ministre des coopératives a répliqué que SB Proconsult ne cessait de réclamer une augmentation de ses frais. « C’est le conseil d’administration qui a pris cette décision », a-t-il soutenu.

Finalement, le ministre Bholah a répondu qu’il revient au conseil d’administration et aux conseillers légaux d’étudier cette offre.

 

About Redaction