Home > News > Premier mai 2018 : discours fades, le cœur n’est pas à la fête

Premier mai 2018 : discours fades, le cœur n’est pas à la fête

L’alliance gouvernementale étant le seul en course a gagné la bataille des foules. Elle a mis le paquet et n’a pas lésiné sur les moyens. Mais, on peut dire que n’était pas la foule enthousiaste et plein d’ardeur. Même constatation pour les autres rassemblements.

 

Pravind se répète sur ce ce qu’il a dit pendant plusieurs mois : ses réalisations, son combat contre la drogue, le dossier Chagos et Navin Ramgoolam bien sûr. Mais sur le plan politique, il a renouvelé haut et fort son alliance avec le ML de Ivan Collendavelloo. Il ne semble pas approuver in toto l’option de privatisation de la distribution d’eau comme le préconise son deputy. Le premier ministre affirme qu’il y a plusieurs options…Du côté de l’opposition, le PMSD, et le MMM doit quand même repanser les guerres internes, le leader du parti travailliste qui a opté pour des visites s’est contenté de dire si le MSM-ML est si fort, qu’il donne des élections.

 

A Vacoas, le leader du MSM, Pravind Jugnauth a énuméré les divers chantiers de construction lancés par son gouvernement. La reprise du secteur de la construction, la hausse de la qualité de vie, les divers projets infrastructurels qui sont lancés, dont «le pont le plus long et le plus haut à Maurice», qui reliera Coromandel à Sorèze. Il a comparé le nombre de logements sociaux pour les familles à faibles revenus de son gouvernement à celui de Navin Ramgoolam. La comparaison entre lui et Navin Ramgoolam dans le combat contre la drogue et des gros saisis de drogue. Pravind Jugnauth a rappelé que le taux de chômage est au plus bas depuis 16 ans

Ivan Collendavelloo a abordé l’épineux dossier de la CWA.  IL a encore une fois affirmé que la réforme de la Central Water Authority (CWA) est « nécessaire pour une gestion saine de l’organisme» mais a rassuré les employés de la CWA qu’il n’aura pas de licenciement,  et que  «la privatisation de la CWA n’est nullement à l’ordre du jour». Ivan Collendavelloo a soutenu que le projet de réforme sera soumis au vote à l’Assemblée nationale afin que la distribution d’eau soit améliorée.

 

Bien sûr, la position de Pavind Jugnauth sur la réforme de l’eau était très attendue. Il a concédé qu’une réforme s’avère nécessaire, mais «Nou bizin éna réform. Mais nous en discuterons au niveau du gouvernement ». Il a donné toutefois la garantie que «séki nou pou fer, zot kapav kont lor nou. Nou pou fer de sorte ki zot gagn satisfaction é lavi dimounn amélioré».

L’assemblée des délégués du MMM au Plaza, à Rose-Hill était marqué par l’intervention du leader du MMM qui semble être dans une option d’aller seul aux prochaines élections. Paul Bérenger a rappelé l’épée de Damoclès sur la tête de Pravind Jugnauth avec son affaire devant le Privy  Council. Le MMM prépare sa liste des 60 candidats. « Nous irons seuls. Il faudra aussi finaliser la liste pour les postes de ministres, de Premier ministre et de vice-Premier ministre », a déclaré Paul Bérenger.

Selon le secrétaire général des mauves, Paul Bérenger travaille déjà sur une liste de 60 candidats pour présenter des hommes et des femmes sans arrogance et qui travailleront dans l’intérêt du pays ». Rajesh Bhagwan, lui maintient que « nul ne pourra éliminer le MMM» et que le MMM ira seul aux élections car les militants sont «allergiques» aux alliances. Pour lui, «seul Paul Bérenger peut redresser le pays», a lancé Rajesh Bhagwan.

Les élections législatives sont derrière la porte, affirme Paul Bérenger. Et cette fois-ci, «bizin fer tou pou gagn sa éleksion-la». Il s’exprimait lors de l’assemblée des délégués élargie du MMM au Plaza, ce mardi 1er mai.

 

Navin Ramgoolam lui a rapellé que Pravind. «finn rant par linposte. To pena légitimité. To finn gagn bel lafoul. Donn eleksion. Kan pou ena eleksion ki pou teste ou lafors», lors d’un dépôt de gerbes au square Guy Rozemont, à Port-Louis mardi 1 mai.

Xavier Duval, le leader du PMSD dans son intervention lors du congrès du Parti mauricien social-démocrate à l’auditorium Octave Wiehe, Réduit a rappelé les raisons pour lesquelles son parti a quitté le gouvernement. Le PMSD a quitté le gouvernement pour protéger le dernier rempart» qui est le judiciare. Xavier Duval ajoute : «on ne peut faire confiance qu’aux juges, aux magistrats, au Directeur des poursuites publiques (DPP). C’est le DPP qui rayé l’affaire contre David Gaiqui. La Prosecution Commission était une attaque directe, frontale, contre la justice. Après le DPP, ils auraient attaqué le recours au Privy Council. Tant qu’il y a le DPP, la Cour, le Privy Council, il y a une limite à la dictature. Il est aussi revenu sur l’affaire Sobrihno ». C’est grâce à nos Private Notice Questions que l’affaire Sobrinho a éclaté. Si la commission anticorruption fait bien son travail, ce gouvernement s’effondrera », a lancé Xavier-Luc Duval. Bien sûr, il aussi commenté le dossier d’eau.

Le leader de l’opposition commenté la réforme électorale, en disant que l’abolition du Best Loser System «ne fera pas disparaître le communalisme, mais les minorités ». Xavier-Luc Duval a affirmé que son parti a tiré des leçons de l’élection partielle au no 18.

About Redaction